Communiqué : Premiers résultats de l'Enquête sur les intentions d'investissement post covid-19 des entreprises formelles
image003.jpg

La pandémie de la covid-19 a des répercussions sanitaires, économiques et financières à l’échelle mondiale. Pour faire face à cette pandémie, endiguer sa propagation et limiter ses effets sanitaires, sociaux et économiques, le Gouvernement a pris des mesures d’urgence. Ainsi, dans le cadre de la relance post covid-19, l’Agence nationale de la Statistique et de la Démographie (ANSD), en appui au Ministère de l’Economie, du Plan et de la Coopération (MEPC), a réalisé une enquête auprès des entreprises du secteur formel, afin de recueillir leurs intentions d’investissement.

Il ressort des résultats de l’enquête que l’arrêt momentané d’activité a été constaté auprès de 27,4% des entreprises formelles et touche notamment les petites unités (30,9%). Le phénomène est plus ressenti dans les secteurs des hôtels, bars et restaurants (50,2%), des services fournis aux entreprises (31,7%), des services personnels et divers (29,7%), du commerce (27,2%), des autres industries (25,5%) et des transports (24,3%). Il est motivé par la fermeture des frontières (36,6%), la fermeture des marchés, des écoles et des universités (33,0%), le problème de financement (32,0%), le problème d’approvisionnement en matières premières (28,0%) et les difficultés d’écoulement de la production (21,7%).

rapport

L'enquête sur les intentions d’investissement post covid-19 des entreprises permet, à partir d’un questionnaire aussi bien qualitatif que quantitatif, de mesurer l’impact réel ou potentiel de la pandémie ainsi que de recueillir les besoins en fonds de roulement et les intentions d’investissement en vue de dimensionner un mécanisme de financement adéquat. L’échantillon de 792 unités a été construit à partir de la base du Centre unique de Collecte de l’Information (CUCI) qui enregistre les unités ayant déjà au moins une fois déposé un état financier à l’ANSD. Trois strates (petites entreprises, moyennes entreprises, grandes entreprises) ont été retenues sur la base du chiffre d’affaires, conformément à la définition retenue dans le projet de loi portant sur le développement des Petites et Moyennes Entreprises et la Modernisation de l’économie. Chaque strate est constituée de secteurs d’activités utilisés dans le cadre de l’élaboration de la Banque de données économiques et financières (BDEF).